2020-03-11

Considérant la montée des mouvements radicaux xénophobes et racistes, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde;

Considérant que le droit a, par le passé et encore aujourd’hui, participé activement à la discrimination systémique raciste et que la loi 21 s’inscrit dans cette dynamique;

Considérant que le nombre de crimes haineux visant des communautés religieuses, notamment les communautés musulmanes, est en très forte hausse depuis les dernières années au Québec;

Considérant que la loi 21 sur la laïcité du gouvernement Legault vise l’exclusion de personnes ayant des croyances et confessions religieuses, majoritairement de femmes, de la fonction publique et parapublique;

Considérant que le racisme d'État et les oppressions structurelles qui en découlent sont inacceptables;

Considérant que la loi ne fait qu’alimenter la division, la haine, et en particulier l’islamophobie, et participe à la normalisation de la discrimination des femmes musulmanes déjà marginalisées;

Considérant que les femmes voilées immigrantes ont étés orientées par les Centre d’immigration vers les emplois d'enseignantes et d’éducatrices et qu’il y a pénurie d’employé.es dans ces domaines;

Que l’AFELC UQAM s’oppose ouvertement à la loi 21 sur «la laïcité» du gouvernement Legault;

Que l’AFELC UQAM affiche publiquement sa solidarité avec les personnes concerné.e.s;

Que l’AFELC UQAM encourage ses membres à prendre part aux actions et activités de réflexion contre ladite loi;

Que l’AFELC UQAM informe ses membres qui subiraient des discriminations découlant de la loi de leurs recours possibles et accompagne ces personnes visé.es dans leurs démarches.

Que l’AFELC UQAM invite ses membres à porter des macarons «contre la loi 21» en solidarité avec les personnes visé.e.s par la loi.

Que l’AFELC UQAM soit constamment en contact avec les organismes communautaires qui travaillent avec ce dossier, sans parler à leur place.