2020-03-11

Considérant la logique d’accumulation et de course à la productivité néolibérale ambiante dans nos sociétés ;

Considérant que cette logique exerce des pressions d’autant plus fortes dans les institutions universitaires pour qu’elles embrassent une logique productiviste aveugle, qui s’inscrit en opposition avec leurs missions d’éducation, de recherche et de diffusion des savoirs ; 

Considérant le ton alarmiste lors de la dernière allocution publique de la rectrice sur la situation financière de l’UQAM, le recrutement, la nécessité de réformer nos modes de « gouvernance », le nécessaire allègement de nos procédures institutionnelles de décision ainsi que ladite « crise » uqamienne ;

 Considérant les nombreuses attaques à l’encontre, depuis les deux dernières années, de nos institutions démocratiques, paritaires et représentatives, notamment par la création de tables de concertation sur lesquelles ont siégé des personnes non désignées par leurs unités d’appartenance, donc non tenues par un devoir de reddition de compte ;

Considérant les trop nombreuses rencontres informelles durant la même période qui, d’une part, contournent les instances décisionnelles et, d’autre part, manquent de la transparence qu’exige la reddition de compte, notamment par l’absence de procès-verbaux permettant le suivi des dossiers ;

Considérant que l’urgence ne peut et ne doit en aucun cas être un cadre décisionnel ni le moteur des réformes ;

 Considérant les multiples attaques à l’encontre de la démocratie étudiante, au sein de notre institution comme en dehors ;

Considérant les multiples mesures pour reporter de façon détournée la charge financière sur les portefeuilles étudiants et qui constituent des augmentations masquées des frais de scolarité ;

Considérant que les pressions faites en faveur de l’augmentation des cotisations étudiantes aux SVE sont conditionnelles au maintien du panier de service ;

Considérant l’inaccessibilité des états financiers détaillés des SVE pour les cinq dernières années malgré les demandes répétées ;

Considérant que les cadres de l’UQAM (incluant les cadres du SVE) se sont accordé·e·s une augmentation de salaire de 1,6 % et qu’il est alors inconséquent de prétexter un manque budgétaire; 

Que l’AFELC-UQAM dénonce les attaques néolibérales systémiques contre l’éducation, la recherche et la pensée critique ;

Que l’AFELC-UQAM dénonce le ton alarmiste de l’administration qui normalise des volontés de réformes antidémocratiques ;

Que l’AFELC-UQAM dénonce la délégitimation par l’administration des principes démocratiques, de reddition de compte et de transparence de l’UQAM, qui marquent son identité sous couvert de soi-disant nécessités de changements ;

Que l’AFELC-UQAM rappelle que les modalités de fonctionnement, tout comme les structures institutionnelles de l’UQAM, ont été, depuis sa fondation il y a 50 ans, mises en place et pensées afin d’assurer à notre communauté et à notre institution un fonctionnement démocratique, représentatif, inclusif et transparent ;

Que l’AFELC-UQAM dénonce une énième précarisation de la population étudiante et se refuse à la surfacturation cachée des frais étudiants ;

Que l’acceptation de la hausse des cotisations soit conditionnelle au fait : 

« Que les SVE s’engagent à couper au moins un poste de cadre;

Que l’AFELC-UQAM reconnaisse qu’elle ne peut se positionner sur la hausse des cotisations aux SVE sans avoir les informations complètes et que toute décision sur cette hausse est conditionnelle à l’accès aux états financiers détaillés des années précédentes ;

Que les SVE se dotent, comme par le passé, d’un budget propre et qu’il ne soit plus inclus au budget large de l’UQAM, de façon à ce qu’il puisse y avoir un suivi des dépenses et revenus, le tout dans un but d’une plus grande transparence face à la façon dont sont dépensées les cotisations de nos membres; 

Que le budget des SVE soit entériné par l’instance du CVE;

Que les SVE soient financièrement redevables envers le CVE;

Que soit ajouté à la politique 32 de l’UQAM à l’article 13.2 (En plus des droits définis à l'article 13.1, l'Université accorde à l'association étudiante ainsi reconnue :) l’alinéa suivant : VI - la liste des cours de la faculté. »