2016-05-04

CONSIDÉRANT l’adoption par le conseil d’administration, à toute vitesse et dans le plus grand secret, d’une nouvelle politique disciplinaire qui ne fait que reproduire les problèmes mis en lumière par l’affaire des expulsions politiques, au printemps 2015;

CONSIDÉRANT que la partie institutionnelle du comité de la vie étudiante (CVE) refuse de se pencher sur la question de la recommandation de modifications réglementaires à la politique disciplinaire, malgré l’insistance des associations étudiantes et l’appui des représentant-es des professeur-es, des employé-es de soutien et des groupes étudiants;

CONSIDÉRANT que les questions concernant la dérive sécuritaire et les procès iniques et sordides opéré-es par le rectorat sont tout à fait du ressort du CVE;

CONSIDÉRANT que l’absence simultanée des délégué-es d’au moins quatre associations étudiantes a pour effet de paralyser le CVE par la non-atteinte du quorum étudiant, et que ceci a l’heur de déplaîre à la partie institutionnelle;

CONSIDÉRANT que les dossiers prioritaires au CVE pour cette session ont déjà été traités;

 

QUE, conditionnellement à l’adoption d’un mandat similaire dans au moins trois autres associations facultaires, l’AFELC boycotte le comité de la vie étudiante tant qu’un point concernant la recommandation de modifications réglementaires à la politique disciplinaire n’aura pas été ajouté à l’ordre du jour et traité en séance;

QUE l’AFELC diffuse ce mandat aux membres du comité de la vie étudiante et encourage à l’adoption d’un tel mandat dans les autres associations facultaires.