2019-04-25 prop 4.1

Considérant la récente position de la commission des études contre l'intimidation;

Considérant que le rectorat a salué cette décision;

Considérant que l'administration de l'UQAM est elle même auteure d'intimidation envers les personnes faisant la grève des stages, les levées de cours, ou qui tentent simplement de s'impliquer politiquement au sein des structures de l'UQAM;

Considérant que l'administration de l'UQAM est elle même auteure d'intimidation envers sa communauté étudiante en faisant trop facilement appel à la police lors de multiples événements organisées par les membres de ladite communauté étudiante de l'UQAM;

Considérant que la proposition adoptée contre l’intimidation ne définit pas les formes d’intimidation et qu’il serait trop facile pour l’UQAM d’exclure des formes d’intimidation qu’elle-même pourrait faire;

Que l'exécutif de l'AFELC-UQAM condamne la décision prise par la commission des études et entérinée par le conseil d'administration;

Que l'exécutif de l'AFELC-UQAM condamne l'intimidation que l'administration de l'UQAM effectue depuis plusieurs années, notamment lors des arrestations sur le campus en avril 2015 et des menaces d'expulsions faites dans la foulée des mêmes événements;

Que l'exécutif de l'AFELC-UQAM se dissocie du vote tenu par la représentante de l'AFELC-UQAM siégeant sur la commission des études;

Que l'on invite l'administration de l'UQAM à définir de manière exhaustive le concept d'intimidation afin d'éviter de se condamner elle même, ou qu'elle s'excuse publiquement à l'ensemble de sa communauté étudiante qu'elle intimide par les actions énumérées plus haut.