2019-11-06

Considérant l’inaction du gouvernement provincial, fédérale et de l’UQAM suite à nos revendications dans les rues le 27 septembre dernier; 

Considérant l’écoblanchiment du premier ministre du Canada, réélu le 21 octobre dernier, en se présentant à la manifestation du 27 septembre; 

Considérant que le black Friday est le symbole de l’hyperconsommation qui implique des surproductions de biens manufacturés voraces en ressources, souvent non renouvelables et polluantes; 

Considérant que la surconsommation fait augmenter notre dette écologique chaque année; 

Considérant que nous vivons dans une société ou il y a plus de centres d’achats que d’écoles secondaires; 

Considérant que les ressources naturelles sont rendu un élément rare et qu’il nous faudrait, selon les dernières données de 2019, 1,7 planète terre de ressources par an; 

Considérant que le Canada est le plus grand émetteur de CO2 par habitant au sein du G20; Considérant que l’AFELC UQAM prend déjà part à à la mobilisation Planète en grève (Earth Strike) et des vendredis pour le futur; 

Considérant que l’AFELC UQAM à le mandat d’organiser une escalade des moyens de pression en vue d’une campagne de grève pour l’environnement; 

Que l’AFELC UQAM soit en grève le 29 novembre 2019; 

Que l’AFELC UQAM participe au green Friday, initiative contre le black Friday qui gagne en popularité en France; 

Que l’AFELC UQAM dénonce sur les médias sociaux la surconsommation qu’occasionne des journées comme celle du 29 novembre 2019; 

Que l’AFELC UQAM réitère son mandat de s’engager à encourager des initiatives locales d’autogestion.